Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Les Editions Mutine

Présentation des livres édités, des auteurs, de nos manifestations. Contact mail : editions.mutine@wanadoo.fr Tél : 03 80 31 25 07

Itinéraire d’une vie : Madame le Maire se confie

Publié le 17 Mai 2011 par Les Editions Mutine dans Lumière sur...

Critique rédigée par Mimi Pinson le 16 mai 2011 à propos de "Entre chien et loup" de Marie-Thérèse Mutin
(merci à Mimi Pinson)


C’est un bonheur que de pouvoir, s’échapper des grandes maisons d’édition pour découvrir de petits trésors comme celui-ci. 
Avec ce recueil de nouvelles, Marie-Thérèse Mutin, me propose donc une promenade mutine. Clin d’œil à son patronyme ? La révolte qui couve, la rébellion qui bouillonne en elle ? Sans doute les deux à la fois.
 
De ces 30  textes courts, parfois très courts,  se dégage d’emblée le caractère militant, révolté de son auteur. 
Au travers d’histoires de vies anodines, de situations banales, Marie–Thérèse met en valeur les humbles, les héros de tous les jours, ces petites gens au sens noble du terme.
C’est son histoire que Marie-Thérèse Mutin nous fait partager : ses joies, ses révoltes, les causes qui lui sont chères, ses combats politiques dont l’origine provient d’événements si anodins parfois, son métier… Elle nous apparaît engagée, à l’écoute, toujours là pour aider, tendre une main, soulager un malade, rêveuse : « Incorrigible  utopiste, je continue de rêver à la terre promise. », et lucide à la fois : « Le rapport de force ! Celui qui mène le monde depuis toujours, que je retrouverai si prégnant, en politique. » 
mth

J’ai aimé la concision des textes, la précision du vocabulaire, le côté direct sans détour des idées qu’elle exprime.
On peut ne pas être toujours d’accord, mais c’est sans ambiguïté.
Dans noyade, j’ai apprécié le partage d’instants de vie dramatiques, où seul le silence n’a de place. Les mots ne servent à rien, seule la présence apaise. J’ai été touchée par ce texte, tout en retenue qui laisse percer le désarroi de Madame le Maire devant la mère…
Un sourire : quelques lignes magnifiques pour l’accueil d’un sourire inconnu.
Habiller les morts : un peu d’humour, malgré tout « Habiller les morts ! Il est quand même plus agréable de déshabiller les vivants. »
Sauvé des eaux, une nouvelle qui m’a énormément plu, celle du chat Moïse qui, comme bon nombre d’humains, a vite succombé à la tentation de l’embourgeoisement. Un coup de pic élégant à l’encontre de celles et ceux qu’elle a pu rencontrer au cours de ses activités politiques…
Les confidences dignes et sincères sur le manque d’enfant…et la conclusion lumineuse « Je suis une sittelle heureuse ! »

Un petit trésor à lire et relire ; une parenthèse heureuse au milieu du reste qui parfois l’est un peu moins.



commentaires