Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Les Editions Mutine

Présentation des livres édités, des auteurs, de nos manifestations. Contact mail : editions.mutine@wanadoo.fr Tél : 03 80 31 25 07

"DeSirium tremens" d'Isabelle Mutin

Publié le 28 Janvier 2012 par Les Editions Mutine dans Lumière sur...

LIVRE BROCHE - 105 pages - 12€  (NOUVELLES)

LIVRE BROCHE - 105 pages - 12€ (NOUVELLES)

Porte-douleur de tous les êtres en souffrance rencontrés dans les couloirs des hôpitaux ou femme de l'osmose totale, de l'absolu chez l'être aimé, la narratrice n'est que passion, violence, douleur, révolte... Pour traduire ces émotions, ces sentiments, l'auteur ose les mots les plus crus, les images suggestives, érotiques dans des textes jamais vulgaires, toujours poétiques et bouleversants. DeSirium tremens, un recueil de textes autour du désir. Un voyage des cimes de l'Olympe aux portes des Enfers. Ci-dessous, de nombreux avis de lecteurs qui devraient vous mettre l'eau à la bouche.

 

 
L'ouvrage présenté ci-dessus est  disponible.
Vous pouvez le commander à :
 
Les Editions Mutine
34 rue des Vernottes
21110 Cessey-sur-Tille
 
Par courrier en envoyant un chèque et  le titre du livre commandé.
 LES FRAIS DE PORT SONT DE 2€50
 
ou
ACHAT EN LIGNE sur le lien ci-dessous : 
(ce titre se trouve dans la catégorie NOUVELLES)
 

 

      QUELQUES AVIS DE LECTEURS :

 

Catherine Degouve
Bonheur que ce receuil lu d' une traite. Reconnaissance dans la douleur, la passion, la révolte. Le choix des mots traduisent une grande sensibilité et une soif de vivre qui laissent la place à l' espoir. Souffrance sous jacente mais grande tolérance pour l'humain et ses différences. Merci Isa.

Catherine Ribeiro, chanteuse.
Ce premier ouvrage est une "vraie" réussite... Isabelle, à quand un second livre ? Amicalement. Catherine.

Sandra Amani, auteur.
Moi je l'ai lu et il ne quitte pourtant pas mon chevet, comme un livre culte, le livre des femmes, le livre de la Femme.

Jean-Luc Luciani, auteur. 
Je viens de terminer la lecture de "Desirium tremens". Magnifique.

Philippe Molin
Je viens de le terminer. Sublime, humain, dérangeant, et en même temps si vrai. Selon que l'on soit homme ou femme, la lecture doit être différente, mais en aucun cas ne laisse indifférent. Bravo Isabelle. Au prochain ouvrage.

Philippe Molin 
Arriver à expliquer tout ce que l'on ressent malgré tous les carcans qui nous étouffent, ce n'est pas facile et ELLE, elle a su le faire.

Nathalie Garance, auteur.
Un chant magnifique qui résonne encore bien après que la pluie ait cessé. 

Allan Ryan, chanteur. 
A lire à tout prix ! Mention spéciale pour "Dément ciel" que je redécouvre pour la 3ème fois...

Bernard Danjoin 
Un livre bouleversant par les envolées parfois violentes mais tellement poignantes de l'auteur...

Laurent Vignat, auteur.
Je sors de la lecture de DeSirium tremens. Cette lecture a accompagné mon week-end, lui a donné une couleur troublante, sensuelle, malgré un ciel chargé de gris et de pluie. La pluie, justement, tellement obsédante dans le "Dément ciel", de loin, mon texte préféré. J'y ai aimé sa composition "savante" qui superpose des vies, des émotions : la maladie, l'hôpital psychiatrique, le désir, l'amour, la mort : Eros et Thanatos, bras dessus, bras dessous déambulant dans un quotidien prosaïque. Ton écriture parvient à percer des galeries dans l'épaisseur de ces vies, à leur donner une cohérence, à les ordonner. C'est, on le sait bien, la vertu des phrases que de relier ce qui paraît disjoint.
Autre point qui emporte mon adhésion : l'expession du désir féminin, l'évocation sans fard de sa périlleuse exigence. J'aime ce grand OUI au désir. Tu sais l'exprimer avec mesure, avec une paradoxale sécheresse (on s'attendrait, sur un tel sujet, à une déferlante de pathos et d'adjectifs), avec une grande justesse. 

Alain Bal, artiste peintre. 
Un premier livre d'une jeune femme, mais déja un succès, quelle émotivité, quelle sensibilité et surtout une excitabilité qui nous interroge. ISA écrit comme moi je peins , avec ses tripes sur la page blanche.

Annie Raynal-Andrieu
"DeSirium tremens" : superbe et sensuelle écriture, force et fragilité se mêlent et s'entrechoquent ; à l'intérieur des mots crus, un appel à la tendresse, un monde d'amour que le jour effraie...

Jocelyne Rémy - Journal Le Bien Public
DeSirium tremens, fascinant parce qu'à la fois très cru dans le vocabulaire, et plein de poésie(s) et d'échappées lyriques. (...)
On s'y engouffre, on s'y perd, on s'y retrouve, on est aliéné, on sombre, on se révolte.

Philippe Molin
J' ai acheté cet ouvrage, je l'ai lu, relu, et encore, et toujours. Il est si vrai, si rempli de son auteur, à fleur de peau. Isabelle dit enfin ce que tout le monde, dans son for interieur pense tout bas ou n'ose même pas penser. Distraire quelques euros pour une oeuvre comme celle-ci est indispensable, pour approcher une certaine franchise vis à vis de soi-même, pour tous ceux qui sont avides de vérité. Bravo Isabelle, continue, donne-nous le moyen d'adapter nos rêves à la réalité.


Odile Viturat
J'ai lu "DeSirium Tremens": un livre qui vous emmène dans un tourbillon de pures émotion. Des mots parfois crus, mais tellement... bien écrits. L'auteur est dans la recherche de la passion totale et profonde. Fascinant , envoûtant, tant l'écriture est poétique. Bravo !

Fabrice Pichon, auteur.
Entrer dans une intimité au féminin sans l'impression de ne pas être à sa place, ne pas se sentir voyeur mais complice, c'est avec une poésie incroyable, des mots savamment orchestrés qu' Isabelle Mutin nous fait partager les tourments de ses héroïnes.... Une petite préférence pour "DEMENT CIEL" où pour vaincre un quotidien triste et dur, la fuite vers une passion charnelle, virtuelle, nous laisse pantois jusqu'au dernier mot... Isabelle rend la sexualité magique !

 

Porte-douleur de tous les êtres en souffrance rencontrés dans les couloirs des hôpitaux ou femme de l'osmose totale, de l'absolu chez l'être aimé, la narratrice n'est que passion, violence, douleur, révolte... Pour traduire ces émotions, ces sentiments, l'auteur ose les mots les plus crus, les images suggestives, érotiques dans des textes jamais vulgaires, toujours poétiques et bouleversants. 

DeSirium tremens, un recueil de textes autour du désir dans ce qu'il peut avoir de plus aliénant. Un voyage des cimes de l'Olympe aux portes des Enfers.

 

      QUELQUES AVIS DE LECTEURS :

 

 

Catherine Degouve
Bonheur que ce receuil lu d' une traite. Reconnaissance dans la douleur, la passion, la révolte. Le choix des mots traduisent une grande sensibilité et une soif de vivre qui laissent la place à l' espoir. Souffrance sous jacente mais grande tolérance pour l'humain et ses différences. Merci Isa.

Catherine Ribeiro, chanteuse.
Ce premier ouvrage est une "vraie" réussite... Isabelle, à quand un second livre ? Amicalement. Catherine.

Sandra Amani, auteur.
Moi je l'ai lu et il ne quitte pourtant pas mon chevet, comme un livre culte, le livre des femmes, le livre de la Femme.

Jean-Luc Luciani, auteur. 
Je viens de terminer la lecture de "Desirium tremens". Magnifique.

Philippe Molin
Je viens de le terminer. Sublime, humain, dérangeant, et en même temps si vrai. Selon que l'on soit homme ou femme, la lecture doit être différente, mais en aucun cas ne laisse indifférent. Bravo Isabelle. Au prochain ouvrage.

Philippe Molin 
Arriver à expliquer tout ce que l'on ressent malgré tous les carcans qui nous étouffent, ce n'est pas facile et ELLE, elle a su le faire.

Nathalie Garance, auteur.
Un chant magnifique qui résonne encore bien après que la pluie ait cessé. 

Allan Ryan, chanteur. 
A lire à tout prix ! Mention spéciale pour "Dément ciel" que je redécouvre pour la 3ème fois...

Bernard Danjoin 
Un livre bouleversant par les envolées parfois violentes mais tellement poignantes de l'auteur...

Laurent Vignat, auteur.
Je sors de la lecture de DeSirium tremens. Cette lecture a accompagné mon week-end, lui a donné une couleur troublante, sensuelle, malgré un ciel chargé de gris et de pluie. La pluie, justement, tellement obsédante dans le "Dément ciel", de loin, mon texte préféré. J'y ai aimé sa composition "savante" qui superpose des vies, des émotions : la maladie, l'hôpital psychiatrique, le désir, l'amour, la mort : Eros et Thanatos, bras dessus, bras dessous déambulant dans un quotidien prosaïque. Ton écriture parvient à percer des galeries dans l'épaisseur de ces vies, à leur donner une cohérence, à les ordonner. C'est, on le sait bien, la vertu des phrases que de relier ce qui paraît disjoint.
Autre point qui emporte mon adhésion : l'expession du désir féminin, l'évocation sans fard de sa périlleuse exigence. J'aime ce grand OUI au désir. Tu sais l'exprimer avec mesure, avec une paradoxale sécheresse (on s'attendrait, sur un tel sujet, à une déferlante de pathos et d'adjectifs), avec une grande justesse. 

Alain Bal, artiste peintre. 
Un premier livre d'une jeune femme, mais déja un succès, quelle émotivité, quelle sensibilité et surtout une excitabilité qui nous interroge. ISA écrit comme moi je peins , avec ses tripes sur la page blanche.

Annie Raynal-Andrieu
"DeSirium tremens" : superbe et sensuelle écriture, force et fragilité se mêlent et s'entrechoquent ; à l'intérieur des mots crus, un appel à la tendresse, un monde d'amour que le jour effraie...

Jocelyne Rémy - Journal Le Bien Public
DeSirium tremens, fascinant parce qu'à la fois très cru dans le vocabulaire, et plein de poésie(s) et d'échappées lyriques. (...)
On s'y engouffre, on s'y perd, on s'y retrouve, on est aliéné, on sombre, on se révolte.

Philippe Molin
J' ai acheté cet ouvrage, je l'ai lu, relu, et encore, et toujours. Il est si vrai, si rempli de son auteur, à fleur de peau. Isabelle dit enfin ce que tout le monde, dans son for interieur pense tout bas ou n'ose même pas penser. Distraire quelques euros pour une oeuvre comme celle-ci est indispensable, pour approcher une certaine franchise vis à vis de soi-même, pour tous ceux qui sont avides de vérité. Bravo Isabelle, continue, donne-nous le moyen d'adapter nos rêves à la réalité.


Odile Viturat
J'ai lu "DeSirium Tremens": un livre qui vous emmène dans un tourbillon de pures émotion. Des mots parfois crus, mais tellement... bien écrits. L'auteur est dans la recherche de la passion totale et profonde. Fascinant , envoûtant, tant l'écriture est poétique. Bravo !

Fabrice Pichon, auteur.
Entrer dans une intimité au féminin sans l'impression de ne pas être à sa place, ne pas se sentir voyeur mais complice, c'est avec une poésie incroyable, des mots savamment orchestrés qu' Isabelle Mutin nous fait partager les tourments de ses héroïnes.... Une petite préférence pour "DEMENT CIEL" où pour vaincre un quotidien triste et dur, la fuite vers une passion charnelle, virtuelle, nous laisse pantois jusqu'au dernier mot... Isabelle rend la sexualité magique !

commentaires

Calendrier : nos auteurs dédicacent

Publié le 28 Janvier 2012 par Les Editions Mutine dans Calendrier : nos auteurs dédicacent

 

 

MARIE-THERESE MUTIN

 

Samedi 24 juin 2017 

Marché au livre

Place François Rude 

 Dijon

 

NATHALIE GARANCE 

 

Jeudi 21 décembre 2017

Conférence Le rôle de l'image

et de la manipulation

dans l'art de gouverner

d'après Le prince de Machiavel

à 14h30 à l'UIA d'Evry

 

CHRISTOPHE LEFEVRE

 

Samedi 24 juin 2017 

Marché au livre

de 9h à 19h

Place François Rude 

 Dijon

 

ROBERT COULON 

 

Samedi 24 juin 2017 

Marché au livre

de 9h à 19h

Place François Rude 

 Dijon

 

ISABELLE MUTIN

 

Samedi 24 juin 2017 

Marché au livre

de 9h à 19h

Place François Rude 

 Dijon

 

 

 

 

 

 

 

commentaires

"Il aurait dû passer la balle à Kougloff" vu par Zazy

Publié le 27 Janvier 2012 par Les Editions Mutine dans Lumière sur...

 
Klougoff, vous vous en souvenez ??? mais si, un très bon joueur du Game, vous l’avez souvent vu à la télévision !! Comme récompense, il fut Etalon et oui, vous avez bien compris, à lui les jolies pouliches ou alors, simplement banque du sperme… quant à Denis Patelin, alias « Peuk » il n’a pas voulu passer  la balle à Kougloff et, comme il n’était pas considéré comme un bon joueur, il fut envoyé à « l’Arche de Vie » et devient ldle-Consumer  IC, autrement oisif à vie… Non pas si oisif que cela car, il FAUT absolument regarder le Game.


La vie dans ce bâtiment « vieille coque radoubée pour traverser l’ère du Game » est sans surprise. Vous n’avez rien à faire… les WC (worker-consumer) vous apportent à manger. Tout est prévu, même les médicaments qui font de vous des moutons sans pulsion sexuelle ni même amoureuse. Mais attention, il faut parler la langue universelle : l’anglais et non pas le dialecte (français) !! Mademoiselle vient le voir tous les jours avec son tricot et lui apprend l’art de manier les aiguilles. Un petit concours s’établit entre eux à qui finirait le premier, alors qu’elle essaie de le faire parler sur ce refus dans le Game…


J’ai oublié de vous prévenir, nous ne sommes plus en 2012 après JC, mais en 177 après F.B.
Tout est surréaliste comme dans un tableau d’Yves Tanguy. Tout parait lisse en surface et cela fait peur, mais tout bouillonne à l’intérieur, enfin pour certains.
Le temps s’écoule lentement « des années d’engourdissement, conscient, accepté, recherché. Combien ? vingt, trente ? Ne pas compter ! Immobiliser le temps. Chaque jour durant ces longues années fut pareil à chaque autre jour. Attendre le journal, attendre l’heure du Game, attendre le plateau-repas. Manger, c’est toujours bon. Toujours les mêmes goûts, tous bons ! »
Un matin, il y eut une pièce d’échec tombée d’on ne sait où et le petit grain de sable grippe la machine à faire des zombis. La fin ? et bien à vous de la découvrir.

J’ai lu ce livre alors que j’avais la grippe et les 40 de fièvre me posèrent au milieu du patio dans des rêves surréalistes. Ce ne fut pas facile à lire bien que l’écriture soit fluide, mais je n’aimais pas trop ce que les pages véhiculaient. Un futur pas réjouissant du tout, mais presque plausible, sait-on ce qui peut germer dans la tête d’un membre d’Euphoris. Je préfère écrire presque plausible car je suis très optimiste !!!


La postface de Bernard Chatelet est salutaire pour éviter d’avoir à supporter réellement cette vision d’apocalypse qu’est le Game. Que vive le sport amateur et non le sport à mateurs.
 

Un livre à lire. L’humour et la tendresse de Bernard Chatelet pour ces personnages en rendent, malgré la perspective peu réjouissante, la lecture ludique
 

Aussi agréable à déguster que le gâteau du même nom avec un bon thé fumé !!!

 

Critique postée sur le blog de Zazy que nous remercions. A lire ici en appuyant sur :  link

 

Un roman à suspens, plaisant à lire mais qui oblige à une réflexion approfondie sur notre devenir.

(POUR LA VENTE EN LIGNE LE LIVRE EST A CHERCHER DANS LA CATEGORIE ROMANS)

commentaires

La double mort d'une République ordinaire

Publié le 20 Janvier 2012 par Les Editions Mutine dans Lumière sur...

Livre broché - 110 pages - 12 € (PAMPHLET)

Livre broché - 110 pages - 12 € (PAMPHLET)

 

«... La République parlementaire est morte deux fois : en mai 1958, lors d’un putsch militaire. Et en 1962, suite au référendum qui instituait l’élection du Président de la République au suffrage universel. Modification constitutionnelle fondamentale, aggravée en 2000 par la réduction du mandat présidentiel à cinq ans (référendum de septembre) et à l’inversion du calendrier présidentielle/législatives par le gouvernement de Lionel Jospin (loi de décembre 2000)... »

Dans ce pamphlet citoyen, Jean Guiloineau explique avec clarté et pugnacité ce qu'a de pernicieux cette "originalité française". Il démontre comment une propagande bien orchestrée peut asphyxier un peuple et, sous couvert de démocratie, lui ôter tout pouvoir.
La force de suggestion des dessins de Jean Kerleroux vient renforcer le propos.
La double mort d'une République ordinaire, pamphlet citoyen, est à lire et à méditer à la veille de cette nouvelle élection présidentielle.

Jean Guiloineau, écrivain et traducteur, a publié des essais, des nouvelles, des biographies, un roman et plus de 120 traductions de l’anglais (Afrique du Sud, États-Unis, Grande Bretagne). Il dirige la revue Siècle 21, Littérature et société qu’il a fondée en 2002.

Jean Kerleroux est un dessinateur et journaliste français. Il entre au Canard enchaîné en 1971. Il commence sa collaboration au Monde en 1995, pour lequel il réalise la rubrique «Les gens».

 

img337.jpg

(Cliquez sur l'article pour l'afficher en pleine page)

 

L'ouvrage présenté ci-dessus est disponible. 
Vous pouvez le commander à : 
 
Les Editions Mutine 
34 rue des Vernottes 
21110 Cessey-sur-Tille
 
Il vous sera envoyé par retour du courrier
dès la réception du chèque.
 LES FRAIS DE PORT SONT DE 2€50.
 
OU
ACHETER EN LIGNE via le lien ci-dessous :
(Pour l'achat en ligne ce titre se trouve dans la catégorie OUVRAGES POLITIQUES)  
 
L'ouvrage présenté ci-dessus est disponible. 
Vous pouvez le commander à : 

Les Editions Mutine 
34 rue des Vernottes 
21110 Cessey-sur-Tille
 
Il vous sera envoyé par retour du courrier
dès la réception du chèque.
 LES FRAIS DE PORT SONT DE 2€50.
 
OU
ACHETER EN LIGNE via le lien ci-dessous :
(Pour l'achat en ligne ce titre se trouve dans la catégorie OUVRAGES POLITIQUES)  
 
commentaires