Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Les Editions Mutine

Présentation des livres édités, des auteurs, de nos manifestations. Contact mail : editions.mutine@wanadoo.fr Tél : 03 80 31 25 07

"Lettres à Etty" de Marc Rey

Publié le 29 Novembre 2016 par Les Editions Mutine dans Vient de paraître...

Livre broché - 204 pages - 12€  (ESSAI PHILOSOPHIQUE)

Livre broché - 204 pages - 12€ (ESSAI PHILOSOPHIQUE)

« ... Je ne crois plus que nous puissions corriger quoi que ce soit dans le monde extérieur, que nous n'ayons d'abord corrigé en nous. Et cela me paraît l'unique leçon de cette guerre : nous avoir appris à chercher en nous-même et pas ailleurs. »

J'ajoute tout de même une réflexion.(...) Etty avait la conviction que l'humanité va d'un point A à un point B, le point B étant supérieur au point A. Je crois que cette illusion vient du fait que l'on calque le progrès technique de la révolution industrielle sur le progrès humain. Or, pour prendre une image allégorique, nous produisons autant de saints et de damnés qu'au Moyen-Age. L'espérance n'est donc pas dans une progression collective vers un monde meilleur, mais dans la croissance de chacun de nous en humanité... »

«... Comme de longs échos qui de loin se confondent... » écrit Baudelaire dans Correspondances.

Ce sont ces échos que ressent Marc Rey lorsqu’en 2014, il découvre les textes d’Etty Hillesum écrits plus de 70 ans auparavant. Lui vient alors l’irrésistible besoin d’un dialogue avec cette jeune femme juive, l’une des plus importantes philosophes spirituelles du XXème siècle, morte en déportation fin 1943.

Au fil de cette correspondance transparaissent l’admiration respectueuse puis la tendresse plus familière de Marc pour Etty et leur connivence philosophique et spirituelle. Lettres à Etty est le 7 ème livre de Marc Rey, le plus personnel, qu’il nous livre sans pseudonyme. 

 
L'ouvrage présenté ci-dessus est  disponible.
Vous pouvez le commander à :
 
Les Editions Mutine
34 rue des Vernottes
21110 Cessey-sur-Tille
 
Par courrier en envoyant un chèque de 14€50 incluant les frais de port
et le titre du livre commandé.
 
ou
ACHAT EN LIGNE sur le lien ci-dessous : 
(ce titre se trouve dans la catégorie ESSAIS PHILOSOPHIQUES)
 
 
"Lettres à Etty" de Marc Rey
commentaires

Une lente agonie : suite du commentaire de Colette

Publié le 14 Novembre 2016 par Les Editions Mutine

J’avais envoyé spontanément ce que je pensais à la fin de la lecture de votre livre. Il  est vrai que j’aurais sans doute été moins positive si vous vous en étiez tenu à ce constat d’échec. Mais vos propositions me demandaient un peu de recul pour y réfléchir, disons plus sereinement.

Je pense qu’effectivement la professionnalisation de la politique, le cumul des mandats, la possibilité de se représenter aux élections sans aucune limite, la soif de pouvoir et les avantages financiers sont les facteurs qui ont le plus contribués à transformer la démocratie en une sorte de monarchie et/ou de ploutocratie.

 Pour vos propositions de nouveau parti, bien que  je ne connaisse pas bien le fonctionnement d’un parti politique pour être une critique « autorisée », cela me semble sensé. Vous avez, de façon beaucoup mieux structuré, pris en compte ce qui me semble essentiel, et proposé une organisation claire pour faire fonctionner. Reste à savoir si on trouvera les gens motivés et intéressés…Plus jeune, cela m’aurait sûrement tentée. Jean trouve aussi cela positif, mais il est très pessimiste sur la mise en œuvre.

Pourtant, Il y a incontestablement des initiatives qui font penser que c’est possible. Certains réseaux sociaux, les nuits debout, les indignés, entre autres. Comment les fédérer ? Cela demande un investissement énorme et  du temps. A mon avis rien, jamais  n’est impossible, mais combien d’années faudra-t-il pour qu’une vraie gauche se reconstitue ? Je crains fort de ne pouvoir y assister et je ne sais comment je pourrais encore y contribuer.

Par ailleurs j’ai envie de vous faire part de quelques réflexions concernant les points suivants :

- L’élection du président de la République au suffrage universel est  devenue  un leurre  démocratique. J’avais pourtant voté pour en 62, mais à cette époque les médias n’étaient pas cette foire à  l‘audimat et il y avait de vrais débats sur des sujets de société. C’est depuis une douzaine d’années un cirque où seule la petite phrase assassine sera reprise ce qui aboutit à ce manque de débat, les journalistes, de plus, coupant la parole aux participants dès qu’ils essaient de présenter quelque chose de cohérent. A la radio c’est souvent plus intéressant, mais la majorité des gens écoute-t-elle la radio ?

-La réduction du mandat à 5 ans qui fait coïncider présidentielle et  législative n’a fait qu’aggraver le problème. L‘assemblée nationale est devenue automatiquement le parti du président qui en devient le chef dans la réalité des faits, ce qui ne permet pas aux élus de s’exprimer et de peser sur les lois proposées. On en revient toujours au manque de débat.

Rien que  ceci veut dire une autre constitution…c'est-à-dire une assemblée constituante, mais élue à partir de quel mode d’élection ? Avec des candidats pouvant être issus d’aucun parti ? Compliqué ! Cela semble cependant préférable à une guerre ou une révolution.

-Enfin un mot sur la laïcité. Ce principe est pour moi essentiel, mais vraiment mis à mal en ce moment par la gauche entre autres. Je pense à l’histoire des crèches  actuellement. Elles n’ont vraiment rien à faire dans une mairie. Même des gens sincèrement de gauche vous disent, c’est une tradition. J’ai déjà entendu ça par ceux qui défendaient l’excision…

Les traditions à maintenir sont celles qui font progresser une société, comme me disait un ami Burkinabé qui m’expliquait que l’on voulait maintenir cette « tradition »(l’excision) dans son pays, mais qu’on avait supprimé celle qui consistait à enterrer le cordon ombilical et à y planter un arbre, alors que c’était indispensable pour son  pays…

Voilà ce que, après avoir relu vos dernières pages j’avais envie de dire. On pourrait sans doute approfondir davantage certains points. A suivre…

 

commentaires