Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Editions Mutine

Présentation des livres édités, des auteurs, de nos manifestations. Contact mail : editions.mutine@wanadoo.fr Tél : 03 80 31 25 07

"Call me" de Stéphan Turek

Publié le 17 Février 2015 par Les Editions Mutine in Lumière sur...

Livre broché - 234 pages - 14 € (ROMAN)

Livre broché - 234 pages - 14 € (ROMAN)

 « ... J’ai toujours admiré les hommes qui avaient plein de femmes. La monogamie est une idée creuse.
– Vous êtes cynique.
– Non, je ne crois pas. J’essaie simplement de vous faire admettre que l’amour est... capricieux pour ne pas dire éphémère... En faire la condition sine qua non de son bonheur est voué à l’échec. La vérité est que nous sommes seuls et que cette solitude est parfois rompue par une personne avec qui on partage de belles choses. Mais un jour ou l’autre, la solitude refait surface et si on est incapable de s’y complaire alors l’enfer s’ouvre sous nos pieds... Nous ne faisons jamais rien que peupler notre solitude. Et l’amour, j’en conviens, est certainement parmi tous ceux qui s’offrent à nous, le moyen le plus merveilleux d’y parvenir... »

Un jeune homme délaissé dans un appartement spacieux mais vide, avec pour seul ornement un vieux téléphone en bakélite... Une sonnerie stridente et, au bout du fil, une étrange et troublante voix féminine... 
Nuit après nuit, va s’engager, entre ces deux êtres fragiles, blessés, un dialogue où chacun se livre peu à peu... Mais saura-t-on jamais qui est cette mystérieuse Gloria ?...

Comme dans son roman précédent, Frénésie esthétique, Stéphan Turek nous fait entrer dans le monde complexe et déstabilisant des artistes, pour qui il éprouve une grande tendresse.

 
L'ouvrage ci-dessus est disponible.
Vous pouvez le commander à :
 
Les Editions Mutine
34 rue des Vernottes
21110 CESSEY-sur-Tille
 
Il vous sera envoyé par retour du courrier
dès réception du chèque.
 LES FRAIS DE PORT SONT DE 2€50.
 
OU
ACHAT EN LIGNE sur le lien ci-dessous : 
(Pour l'achat en ligne ce titre se trouve dans la catégorie ROMANS)
 

Isolé dans un appartement vide prêté par un ami, il lutte contre ses démons et se lie d'amitié avec une mystérieuse inconnue qui l'appelle toutes les nuits sur le téléphone qui trône dans le salon. Subjugué par cette femme il finit par croire (à tort ou à raison ?) qu'il s'agit de Marylin Monroe, aussi improbable que cela puisse paraître...

NOTE AUX LECTEURS
(rédigée par Stéphan Turek)


Vous l'avez compris ce roman n'est pas un livre sur Marilyn Monroe. Tout a déjà été écrit sur elle. A tort et à travers. J'ai voulu mettre en scène une Marilyn différente, sans corps, sans autre "chair" que le son de sa voix. Une Marilyn désincarnée mais, je l'espère, pourtant touchante et terriblement séductrice malgré elle. Après avoir décortiqué pendant deux ans quantité de documentation, Marilyn Monroe reste pour moi une énigme. Je crois que la fascination qu'elle suscite chez moi (et beaucoup d'autres) provient probablement en grande partie de là. Bien mieux que les films, les documentaires ou les interviews qu'il nous reste d'elle, les photos sont à mon humble avis le meilleur moyen d'entrevoir une forme de vérité. Cette parcelle de Norma-Jean, à jamais reléguée à l'état de figurante. Encore faudrait-il superposer ces milliers de clichés les uns aux autres comme autant de calques pour apercevoir son véritable visage.

Pourtant, j'aimerais que demeure de la Marilyn évoquée dans ce roman une seule de ces photographies. Celle prise par Ed Feingersh où l'on voit une Marilyn insaisissable, ce qu'elle est et restera à mon sens. Je me suis souvent demandé à qui elle pouvait penser du haut de ce balcon de l'Ambassador Hôtel. Aujourd'hui je le sais mais ce n'est que ma vérité, la vérité de ce roman. Une parmi d'autres qui feront à jamais de Marilyn une légende.

Tout comme Jonathan, le véritable héros de cette histoire, Marilyn est venue à New-York en quête de vérité. Elle y a perdu beaucoup de ses illusions mais a su envers et contre tous prendre en main la part infime de son destin qu'il lui était encore possible de contrôler, s accrocher à son libre arbitre, à sa liberté d'être et de devenir.





 

Commenter cet article