Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Les Editions Mutine

Présentation des livres édités, des auteurs, de nos manifestations. Contact mail : editions.mutine@wanadoo.fr Tél : 03 80 31 25 07

Biographie / Ouvrages politiques/ Pamphlets

in Nos ouvrages

Biographie / Ouvrages politiques/ Pamphlets

TOUS LES OUVRAGES PRÉSENTÉS SONT DISPONIBLES. VOUS POUVEZ LES COMMANDER PAR COURRIER À : LES EDITIONS MUTINE 34 RUE DES VERNOTTES 21110 CESSEY-SUR-TILLE. VOTRE COMMANDE EST EXPÉDIÉE DÈS RÉCEPTION DU CHÈQUE. LES FRAIS DE PORT SONT DE 2€50 PAR TITRE COMMANDÉ. OU ACHAT EN LIGNE POSSIBLE.

 

 

Livre broché - 294 pages - AUTOBIOGRAPHIE POLITIQUE - 18€

Livre broché - 294 pages - AUTOBIOGRAPHIE POLITIQUE - 18€

(Pour l'achat en ligne ce titre se trouve dans la catégorie BIOGRAPHIES) 

Achat en ligne sur : http://editions-mutine.over-blog.com/acheter-en-ligne.html

 

Marie-Thérèse Mutin a adhéré au Parti Socialiste en 1971 ; de 1977 à 1990, elle est responsable de la Fédération de Côte d'Or du PS, de 1979 à 1998, elle participe à la direction nationale. Elle a donc connu à un poste-clef la montée en puissance de son parti puis, dès 1982, son érosion jusqu'à la déliquescence actuelle. Laissez les morts enterrer les morts est le titre de la conclusion. En effet, Marie-Thérèse Mutin pense qu'on ne peut plus espérer un sursaut salvateur des partis actuels englués dans leur médiocrité et leurs mesquineries. Elle est persuadée que la société est mûre pour une nouvelle aventure démocratique. 

« L'objet de cette plongée dans notre histoire récente au travers de mon expérience militante n'est pas la nostalgie, le "c'était mieux avant" ! J'ai voulu montrer que quelques milliers de personnes enthousiastes et déterminées, engagées dans une organisation, pouvaient faire bouger les choses, changer la société. Mais si on ne peut se passer des partis politiques pour faire vivre la démocratie, les partis politiques ne peuvent pas se passer des citoyens pour changer la vie. J'ai décrit par le menu ce que nous avons réussi et pourquoi, ce que nous avons raté et pourquoi, pour tenter d'éviter les déviances lors de la création du nouvel outil, indispensable à la reconstruction d'une République laïque et sociale. » 

Cette autobiographie politique peut permettre à des citoyens, intéressés par l'action publique mais qui ne se sont jamais engagés dans un parti, de comprendre le travail essentiel du militant que personne ne souligne jamais. Elle leur donnera une image de l'action politique plus valorisante, plus exaltante, que celle véhiculée par les médias et entretenue (hélas !) par les élus. 

Dessin de Couverture : Gino Ladowitch

LIVRE BROCHE - 96 PAGES - 10€

LIVRE BROCHE - 96 PAGES - 10€

Biographie / Ouvrages politiques/ Pamphlets

(Pour l'achat en ligne ce titre se trouve dans la catégorie PAMPHLETS) 

Achat en ligne sur : http://editions-mutine.over-blog.com/acheter-en-ligne.html

LIVRE BROCHÉ - 80 PAGES - 8 € (PAMPHLET)

LIVRE BROCHÉ - 80 PAGES - 8 € (PAMPHLET)

(Pour l'achat en ligne ce titre se trouve dans la catégorie PAMPHLETS) 

Achat en ligne sur : http://editions-mutine.over-blog.com/acheter-en-ligne.html

 

Certains discours ont sur ma personne un effet désastreux : ils déclenchent des crises d'urticaire morale qui, pour être invisibles n'en sont pas moins douloureuses. Hurlement d'indignation, courrier des lecteurs au journal de référence, commentaires assassins sur divers forums internautiques, j'ai tout essayé pour m'en guérir. Rien n'y a fait, jusqu'à ce que je trouve, enfin, le remède miracle : écrire des apologues de longueur variable mais à vocation pamphlétaire, sur le sujet ayant entraîné l'attaque du mal."

Dans ces douze textes satiriques, Jean-Paul rousseau dénonce les travers de notre société, l'indigence du débat politique actuel, l'évolution non maîtrisée des techniques qui risquent d'ôter toute liberté à l'Homme. Ces contes, qu'on voudrait d'anticipation, sont autant de cris d'alarme, d'appel à la vigilance de chacun d'entre nous.

Jean-Paul Rousseau, nouvelliste aux Editions Mutine et la Rhubarbe, est directeur de publication de CARRE, revue culturelle de grande qualité.

LIVRE BROCHÉ - 110 PAGES - 11€ (PAMPHLET)

LIVRE BROCHÉ - 110 PAGES - 11€ (PAMPHLET)

(Pour l'achat en ligne ce titre se trouve dans la catégorie PAMPHLETS) 

Achat en ligne sur : http://editions-mutine.over-blog.com/acheter-en-ligne.html

 

"Ce qui est fascinant dans les Particu, c'est qu'il y a un lien entre le texte et l'exposé savant. Exemple : à un moment du récit, nous avons un cadavre. Un cadavre normal comme on en ferait vous ou moi...Monsieur Michel nous dresse dans l'ordre d'arrivée au festin la liste des Bestioles nécrophages qui viennent tour à tour se repaître de la chair en décomposition. Faut le faire !

Autrefois les morts, pfftt !!! Ils étaient morts, point c'est tout ! ... Mais là, bonté, le mort on le lâche pas comme çà, quand on le quitte on est rassuré, le travail est fini, bien fini. "
L'ancien camionneur devenu balayeur, Ignace Serber, a envoyé son troisième roman chez les éditeurs parisiens. Dans l'attente des réponses, il fait la lecture d'une des "références" littéraires de l'année : Les particules élémentaires de Michel Houellebecq.
Inspiré du succès des Particules (qu'il a bien du mal à comprendre), Ignace s'essaie à ce nouveau genre littéraire et dénonce au passage la suffisance de certains éditeurs, journalistes...
Curieuse alliance que celle du balai et du mouton, personnages principaux. Cependant, le résultat est réussi : désopilant, truculent avec, en plus, sous le couvert du rire quelques vérités bien senties.
Sous le pseudonyme d'Ignace Serber, Bernard Chatelet  signe un pamphlet de grande envergure où l'on rit largement.

Livre broché - 496 pages - 24 € (BIOGRAPHIE)

Livre broché - 496 pages - 24 € (BIOGRAPHIE)

(Pour l'achat en ligne ce titre se trouve dans la catégorie BIOGRAPHIE) 

Achat en ligne sur : http://editions-mutine.over-blog.com/acheter-en-ligne.html

 

Une Biographie de Jean Poperen
 
50 ans d'histoire de la Gauche en France

25 ans de l'histoire du Parti socialiste né en 1971 à Epinay


"... Nous avons progressé parce que, rejetant toute attitude sectaire, d'isolement, nous avons appliqué une politique d'élargissement, de contacts, nous n'avons pas gardé notre politique pour nous, nous avons cherché à la faire appliquer par d'autres. " Toute la stratégie de Jean Poperen tout au long de sa vie politique tient dans cette phrase. Contrairement à nombre d'hommes politiques jaloux de la paternité d'une idée émise, soucieux de prendre le pouvoir pour la mettre eux-mêmes en action, pour Jean Poperen, grand pourvoyeur d'idées, l'important est qu'elles vivent même si elles sont mises en œuvre par d'autres. Si on ne comprend pas cette exigence, on ne comprend rien à son parcours politique... " (extrait des pages 234-235 ).

"Jean Poperen n'est pas fidèle à une organisation en particulier mais à la gauche elle-même et à l'organisation qui l'incarne le mieux à un moment donné. " (Annie PHILIPPE- Daniel HUBSCHER : Enquête à l'intérieur du PS - Ed. Albin Michel-1991).

JEAN POPEREN, historien, dirigeant de partis (PCF, PSU, UGCS, PS), député-maire dans le Rhône, ministre de 1988 à 1991, a été, pendant un demi-siècle, l'un des artisans essentiels du rassemblement de la gauche et des forces populaires : pas de parti sans base militante, pas de gouvernement durable sans fidélité aux promesses, pas de succès politique pour la gauche sans le rassemblement de toutes ses composantes et sans un lien puissant avec le mouvement social.


Un homme de contraste et de paradoxes :

" Ce marxiste rigoureux est devenu un partisan inconditionnel de la démocratie, parce que pour lui la place de la France est d'être aux côtés des démocraties occidentales et donc des Etats-Unis. C'est aussi une des raisons de son soutien indéfectible à Israël, seule démocratie du Moyen-Orient. C'est ainsi que cet anti-rocardien constant se révèle un ministre particulièrement loyal avec Michel Rocard, un ministre des relations avec le Parlement apprécié des parlementaires de droite qui s'attendaient à rencontrer un sectaire. Ainsi, ce dirigeant que l'on a souvent vu comme une incarnation de l'appareil - et qui n'a jamais voulu sacrifier à une ascension dans l'appareil une indépendance d'esprit intraitable - cet homme qui consacra son existence à l'action politique fut plus que tout autre ouvert à la culture et prit l'initiative de somptueuses rencontres entre intellectuels de haut niveau qui le tenaient pour un pair. " (Claude Dupont - article pour l'Ours)

Jean Poperen : un intellectuel militant :

" Etre un intellectuel en politique, c'est replacer chaque fait dans son cadre historique, c'est savoir s'indigner, refonder, innover devant l'Histoire pour la faire avancer, regarder le futur, éduquer, éclairer pour expliquer, enrichir la doctrine et l'indispensable idéologie, celle qui encadre les projets longs, celle qui donne du contenu et du sens." (Laurent Fabius - Hommage rendu à Jean Poperen en 1997, lors de la rentrée parlementaire)

Jean Poperen et le Parti socialiste :

Jean Poperen, si lucide dans ses analyses sur le comportement des électeurs, se trompa beaucoup plus sur celui des adhérents de ses partis successifs : en 1967, quand la coalition des ténors du PSU fut défaite par les autonomistes de Rocard, comme en 1990, au Congrès de Rennes, quand il surestima la capacité ou l'envie des militants de s'en tenir aux textes d'orientation. Mais c'est l'erreur tactique du Congrès - fondateur - d'Épinay qui est la plus souvent évoquée. C'est que Jean Poperen croit trop exclusivement à la force intangible de la ligne politique alors que, dans la vie d'un parti, on ne peut pas évacuer l'aspect émotionnel et subjectif. En l'occurrence, il n'avait pas perçu l'ampleur du rejet de Guy Mollet de la part des nouveaux arrivants.

Cette erreur d'appréciation laissera des traces profondes. Jean Poperen ne fera jamais partie du premier cercle des "mitterrandistes", ceux à qui Mitterrand confie les postes-clés. Malgré sa loyauté à toute épreuve, rien ne lui sera octroyé : il devra guerroyer pour obtenir les postes de responsabilités où, pourtant, il excella. Mais il ne réussit pas à réaliser son rêve : devenir Premier secrétaire du PS.

Pourtant, grand pourvoyeur d'idées, il n'a cessé de donner un corps de doctrine au PS : le Front de classe et l'union de la gauche avant 1981, le compromis et la confrontation sociale après la victoire, jusqu'à ce que la politique de la "deuxième" gauche triomphe, sinon dans les Congrès du moins dans les esprits.

Ecarté du secrétariat, il n'abandonne pas la lutte idéologique. Conscient de la mondialisation inévitable, il étend le champ de ses réflexions à l'Europe et à la planète.

"On ne peut pas gagner la bataille politique sans mener le combat d'idées" (Jean Poperen - Le nouveau contrat socialiste - 1985)

Toute la vie politique de Jean Poperen est une illustration de cette exigence.

La vie politique actuelle, politique-spectacle faite en fonction de la courbe des sondages, manque d'hommes et de femmes de cette trempe. Dix ans après sa disparition, sa démarche n'a rien perdu en actualité.

Jean Poperen tel qu'en lui-même : cette biographie permet, à ceux qui le souhaitent, de mieux comprendre l'évolution du Parti socialiste et de la gauche, dans la dernière moitié du XX ème siècle.
Le livre de 496 pages est construit en deux parties : la 1ère a été écrite par Poperen lui-même : ce sont des mémoires inachevés qui content la jeunesse de Poperen jusqu'en 1953. La 2ème partie écrite par Marie-Thérèse Mutin couvre la période de 53 à 97.


REVUE DE PRESSE :


Dès la sortie du livre en octobre 2006, l'OURS (office universitaire de recherche socialiste) publiait un article de Claude Dupont, Communes de France (revue des élus socialistes) suivait en décembre ave l'article de Denis Lefebvre. Mais il a fallu plus d'un an à l'Hebdo des socialistes pour enfin avoir un hommage à un socialiste qui a alimenté théoriquement et stratégiquement le PS pendant plus de 25 ans !! D'ailleurs, ses idées sont reprises régulièrement lors des campagnes électorales (rôle des syndicats et du mouvement ouvrier, négociation tri-partite, formation d'un grand parti du mouvement...)... et remisées tout de suite après ! Parce que cette stratégie nécessite un effort d'organisation long et opiniâtre, qualités bien absentes du débat politique où tout se fait en fonction de l'actualité immédiate et de la courbe des sondages du moment.

Livre broché - 110 pages - 12 € (PAMPHLET)

Livre broché - 110 pages - 12 € (PAMPHLET)

(Pour l'achat en ligne ce titre se trouve dans la catégorie PAMPHLETS) 

Achat en ligne sur : http://editions-mutine.over-blog.com/acheter-en-ligne.html


«... La République parlementaire est morte deux fois : en mai 1958, lors d’un putsch militaire. Et en 1962, suite au référendum qui instituait l’élection du Président de la République au suffrage universel. Modification constitutionnelle fondamentale, aggravée en 2000 par la réduction du mandat présidentiel à cinq ans (référendum de septembre) et à l’inversion du calendrier présidentielle/législatives par le gouvernement de Lionel Jospin (loi de décembre 2000)... »


Dans ce pamphlet citoyen, Jean Guiloineau explique avec clarté et pugnacité ce qu'a de pernicieux cette "originalité française". Il démontre comment une propagande bien orchestrée peut asphyxier un peuple et, sous couvert de démocratie, lui ôter tout pouvoir.
La force de suggestion des dessins de Jean Kerleroux vient renforcer le propos.
La double mort d'une République ordinaire, pamphlet citoyen, est à lire et à méditer à la veille de cette nouvelle élection présidentielle.


Jean Guiloineau, écrivain et traducteur, a publié des essais, des nouvelles, des biographies, un roman et plus de 120 traductions de l’anglais (Afrique du Sud, États-Unis, Grande Bretagne). Il dirige la revue Siècle 21, Littérature et société qu’il a fondée en 2002.
Jean Kerleroux est un dessinateur et journaliste français. Il entre au Canard enchaîné en 1971. Il commence sa collaboration au Monde en 1995, pour lequel il réalise la rubrique «Les gens».

 

Livre broché - 44 pages - 5 € (PAMPHLET)

Livre broché - 44 pages - 5 € (PAMPHLET)

(Pour l'achat en ligne ce titre se trouve dans la catégorie PAMPHLETS)

Achat en ligne sur : http://editions-mutine.over-blog.com/acheter-en-ligne.html

 

« Mes chers collègues,
Je pense que nous sommes les principaux responsables de l’état piteux dans lequel se trouve aujourd’hui l’enseignement et j’estime que la raison principale de cet échec est notre soumission intellectuelle ou, si vous préférez, notre lâcheté. Je suis donc en profond désaccord avec «nos» différents ministres de l’éducation nationale ou, tout au moins, avec leurs discours officiels, selon lesquels les professeurs sont des êtres merveilleux qui font un travail remarquable...»


Ainsi commence la Lettre ouverte aux Professeurs de collège et de lycée de Didier Delsart lui-même professeur de philosophie successivement à Lyon, Nantes et dans des lycées français en Allemagne et en Pologne, actuellement enseignant au Québec.
« Ma chef me dit de le faire, je le fais. » C’est cette “parole de Prof.”, entendue dans une salle des professeurs qui a révolté Didier Delsart et qui l’a décidé à exprimer, dans ce pamphlet, ce qu’il pense de l’enseignement, des enseignants et de la hiérarchie.
Si ce texte pouvait susciter débats et controverses le but de l’auteur et de l’éditeur serait atteint.

 

Livre broché - 202 pages - 11 €

Livre broché - 202 pages - 11 €

(Pour l'achat en ligne ce titre se trouve dans la catégorie OUVRAGES POLITIQUES) 

Achat en ligne sur : http://editions-mutine.over-blog.com/acheter-en-ligne.html

 
Naguère le gagne-petit avait un métier stable, l'assurance d'un emploi et un salaire décent qui lui permettait d'organiser sa vie dignement, sans rien devoir  à personne. Il construisait son existence sur des valeurs universelles : le respect de soi, des autres, de son environnement, le respect du contrat passé avec l'employeur : sa force de travail et sa conscience professionnelle contre un salaire.

Ce contrat social qui structurait la société depuis près d'un siècle vole en éclats. Le libéralisme s'est peu à peu imposé, cette philosophie pour laquelle l'homme n'a de valeur que marchande.
Alors ? " Gagne-petit de tous les pays unissez-vous ? " C'est bien cet appel au sursaut que lance Marie-Thérèse Mutin qui analyse qans complaisance l'évolution de notre société au travers de son expérience de femme, d'enseignante et de responsable politique.
Un style concis, alerte pour un témoignage tour à tour émouvant et roboratif d'une gagne-petit fière de l'être !

Livre broché - 120 pages - 8 €

Livre broché - 120 pages - 8 €

(Pour l'achat en ligne ce titre se trouve dans la catégorie OUVRAGES POLITIQUES) 

Achat en ligne sur : http://editions-mutine.over-blog.com/acheter-en-ligne.html

 

Marie-Thérèse Mutin est une étrange personne. D'elle, ceux qui s'arrêtent aux apparences, peuvent imaginer une sorte d'apparatchik impersonnel, un rouage de l'appareil qui ne connaît d'émotion que dans le combat politique aujourd'hui si décrié.
Nous sommes quelques-uns à savoir ce que le respect de sa propre responsabilité cache d'humour, de sensibilité, de chaleur humaine.
Nous sommes plus nombreux à connaître son enthousiasme et sa ténacité militante. Celle qui ignore les hiérarchies convenues quand l'intérêt du combat commun le commande. Celle qui ne transige pas sur un principe pour se construire une carrière.

Le livre en porte témoignage. Deux brèves anecdotes peuvent en éclairer le fil d'Ariane. Convoquée au printemps 78  avec Pierre Joxe par François Mitterrand pour trancher le différend qui les oppose, Marie-Thérèse ne supporte pas qu'on ne la laisse pas s'exprimer. Alors, elle part tranquillement... et c'est François Mitterrand qui la rattrape dans le couloir sous l'œil des permanents médusés. Un an plus tard, lors d'un dîner rapide au Congrès de Metz, le même François Mitterrand lui demande d'aller lui chercher la quiche qu'il attend : "Pourquoi ne demandez-vous pas cela à un homme ?" fut la réponse de Marie-Thérèse... Combien auraient eu ce mot face à un tel interlocuteur ?

Et pourtant, François Mitterrand est sans doute l'homme politique que Marie-Thérèse Mutin estime le plus. Mais précisément la franchise, l'indépendance d'esprit, le respect du Parti sont les valeurs communes de tous les socialistes dignes de ce nom. Le Premier Secrétaire de 1979 le savait mieux que personne.
A beaucoup d'entre nous, Marie-Thérèse l'a appris dans le combat de chaque jour. Les lecteurs de ce livre, à leur tour, vont connaître une autre image de la politique. Celle que nous aimons.

 

Quatrième de couverture écrite par Jean-Pierre Dubois, alors doyen de la Faculté de droit de DIJON, aujourd'hui Président de la LDH.