Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Les Editions Mutine

Présentation des livres édités, des auteurs, de nos manifestations. Contact mail : editions.mutine@wanadoo.fr Tél : 03 80 31 25 07

Polars / Essais

in Nos ouvrages

Polars / Essais
TOUS LES OUVRAGES PRÉSENTÉS SONT DISPONIBLES. VOUS POUVEZ LES COMMANDER PAR COURRIER À : LES EDITIONS MUTINE 34 RUE DES VERNOTTES 21110 CESSEY-SUR-TILLE. VOTRE COMMANDE EST EXPÉDIÉE DÈS RÉCEPTION DU CHÈQUE. LES FRAIS DE PORT SONT DE 2€50 PAR TITRE COMMANDÉ. OU ACHAT EN LIGNE POSSIBLE.
LIVRE BROCHE - 204 PAGES - 12€

LIVRE BROCHE - 204 PAGES - 12€

(Pour l'achat en ligne ce titre se trouve dans la catégorie ESSAIS PHILOSOPHIQUES) 

Achat en ligne sur : http://editions-mutine.over-blog.com/acheter-en-ligne.html

 

« ... Je ne crois plus que nous puissions corriger quoi que ce soit dans le monde extérieur, que nous n'ayons d'abord corrigé en nous. Et cela me paraît l'unique leçon de cette guerre : nous avoir appris à chercher en nous-même et pas ailleurs. »

J'ajoute tout de même une réflexion.(...) Etty avait la conviction que l'humanité va d'un point A à un point B, le point B étant supérieur au point A. Je crois que cette illusion vient du fait que l'on calque le progrès technique de la révolution industrielle sur le progrès humain. Or, pour prendre une image allégorique, nous produisons autant de saints et de damnés qu'au Moyen-Age. L'espérance n'est donc pas dans une progression collective vers un monde meilleur, mais dans la croissance de chacun de nous en humanité... »

«... Comme de longs échos qui de loin se confondent... » écrit Baudelaire dans Correspondances.

Ce sont ces échos que ressent Marc Rey lorsqu’en 2014, il découvre les textes d’Etty Hillesum écrits plus de 70 ans auparavant. Lui vient alors l’irrésistible besoin d’un dialogue avec cette jeune femme juive, l’une des plus importantes philosophes spirituelles du XXème siècle, morte en déportation fin 1943.

Au fil de cette correspondance transparaissent l’admiration respectueuse puis la tendresse plus familière de Marc pour Etty et leur connivence philosophique et spirituelle. Lettres à Ettyest le 7 ème livre de Marc Rey, le plus personnel, qu’il nous livre sans pseudonyme. 

Livre broché - 204 pages - 15 € (POLAR)

Livre broché - 204 pages - 15 € (POLAR)

(Pour l'achat en ligne ce titre se trouve dans la catégorie POLARS) 

Achat en ligne sur : http://editions-mutine.over-blog.com/acheter-en-ligne.html

 

«... Elée s’approcha à nouveau du corps. Il avait enfilé une paire de gants de chirurgien, et toucha avec douceur la chevelure humide et presque gelée par endroit, de la jeune fille. Sa main se figea soudain et il la retira lentement, réfléchissant au sens possible de ce qu’il venait de découvrir. Il dit à Moreno :
- Une mèche de cheveux a été coupée, sur le côté du crâne.
Le légiste s’accroupit à ses côtés.
- Vous pensez que c’est le tueur qui a coupé cette mèche ? Comme une sorte de trophée ?
Elée ne répondit pas. Sa pensée s’abîmait dans une rêverie silencieuse. Un monologue sans mots, peuplé d’images. Bizarrement, la question de savoir si le meurtrier connaissait sa victime lui paraissait superflue. Ce n’était pas elle qu’il connaissait, mais ce que ses yeux exprimaient au moment où elle était morte. Le genre de choses qui lui parlait, à lui aussi. Conscience aiguë de sa solitude, sentiment d'abandon... »


Est-ce un hasard si le tueur en série qui a sévi dans la région parisienne, vient exécuter ses deux dernières victimes à Rouen, territoire sous la responsabilité du commissaire Jules Elée ?
L’enquête minutieuse et angoissante du policier va démêler petit à petit l’écheveau serré des destins croisés des protagonistes, des drames anciens qui ont forgé ces personnalités complexes et leurs liens ambigus.
Jules Elée nous entraîne de Rouen à l’aride campagne auvergnate où se noua le drame, pour finir à la cathédrale de Reims sous... le sourire de l’ange !
Avec Le sourire de l’ange, Nathalie Garance, professeur de philosophie dans un lycée des Yvelines, signe son premier roman mais ne s’arrête pas en si bon chemin. Nous retrouverons, dans son prochain ouvrage, le commissaire Elée plongé dans de nouveaux drames familiaux.

LIVRE BROCHÉ - 164 PAGES - 15 € (POLAR)

LIVRE BROCHÉ - 164 PAGES - 15 € (POLAR)

(Pour l'achat en ligne ce titre se trouve dans la catégorie POLARS) 

Achat en ligne sur : http://editions-mutine.over-blog.com/acheter-en-ligne.html

 

 
"...Dans le bureau d'Elée, Maheut se décida à rompre la pénombre et alluma la lumière, sans provoquer la moindre réaction chez le commissaire, debout devant le pays de Cocagne. Le sergent attendait, conscient de l'émotion qui s'était emparé de celui-ci lorsqu'ils avaient découvert ensemble le corps de Rudy. On avait fait venir, dans l'après-midi, le personnel du Cochon qui sommeille pour savoir ce que le jeune homme avait fait après qu'Elée eut quitté le cabaret, et on savait maintenant après quelques verres bus avec des auteurs de la troupe, Rudy était rentré seul chez lui vers une heure du matin. Le légiste situait approximativement l'heure de la mort entre une et trois heures. Le modus operandi était rigoureusement identique à celui du meurtre de Vincent. Les vêtements de Rudy avaient été soigneusement pliés sur une chaise à ses côtés, et ce dernier était vraisemblablement mort sur le tapis du salon. Seule la posture variait, car la tête du jeune homme était inclinée vers la gauche, les bras très légèrement écartés et le genou droit était replié, donnant l'illusion d'une posture de détente précédent le sommeil. Un sommeil éternel, dans lequel l'avait plongé la même perforation de l'estomac suivie d'une éventration pratiquée, selon le légiste, probablement par le même instrument que celui qui avait tué Mahjun..."
 
Dans ce deuxième roman policier de Nathalie Garance, on retrouve avec plaisir le commissaire Jules Elée, ses états d'âme et ses relations difficiles avec les autres.
Après l'enquête menée à Rouen et sa conclusion dramatique (voir Le sourire de l'ange) Jules Elée a été muté à Clermont Ferrand où il est confronté à un tueur "artiste" qui laisse ses cadavres nus, éventrés et disposés comme les personnages du tableau de Bruegel, Le pays de cocagne.
 
Qu'y a-t-il de commun entre le jeune prostitué, l'agent-artiste travesti qui se produit le soir au restaurant Le Cochon qui sommeille et l'éleveur de porcs dans une ferme isolée ? Elée trouvera la clé de ces énigmes clermontoises et du rôle central du cochon, chez une vieille dame à Strasbourg.
 
Après Le sourire de l'ange, Folles coches est le deuxième roman policier de Nathalie Garance, qui sait créer le suspens à partir de personnages complexes au destin familial tourmenté.
"...Dans le bureau d'Elée, Maheut se décida à rompre la pénombre et alluma la lumière, sans provoquer la moindre réaction chez le commissaire, debout devant le pays de Cocagne. Le sergent attendait, conscient de l'émotion qui s'était emparé de celui-ci lorsqu'ils avaient découvert ensemble le corps de Rudy. On avait fait venir, dans l'après-midi, le personnel du Cochon qui sommeille pour savoir ce que le jeune homme avait fait après qu'Elée eut quitté le cabaret, et on savait maintenant après quelques verres bus avec des auteurs de la troupe, Rudy était rentré seul chez lui vers une heure du matin. Le légiste situait approximativement l'heure de la mort entre une et trois heures. Le modus operandi était rigoureusement identique à celui du meurtre de Vincent. Les vêtements de Rudy avaient été soigneusement pliés sur une chaise à ses côtés, et ce dernier était vraisemblablement mort sur le tapis du salon. Seule la posture variait, car la tête du jeune homme était inclinée vers la gauche, les bras très légèrement écartés et le genou droit était replié, donnant l'illusion d'une posture de détente précédent le sommeil. Un sommeil éternel, dans lequel l'avait plongé la même perforation de l'estomac suivie d'une éventration pratiquée, selon le légiste, probablement par le même instrument que celui qui avait tué Mahjun..."
Dans ce deuxième roman policier de Nathalie Garance, on retrouve avec plaisir le commissaire Jules Elée, ses états d'âme et ses relations difficiles avec les autres.
Après l'enquête menée à Rouen et sa conclusion dramatique (voir Le sourire de l'ange) Jules Elée a été muté à Clermont Ferrand où il est confronté à un tueur "artiste" qui laisse ses cadavres nus, éventrés et disposés comme les personnages du tableau de Bruegel, Le pays de cocagne.
Qu'y a-t-il de commun entre le jeune prostitué, l'agent-artiste travesti qui se produit le soir au restaurant Le Cochon qui sommeille et l'éleveur de porcs dans une ferme isolée ? Elée trouvera la clé de ces énigmes clermontoises et du rôle central du cochon, chez une vieille dame à Strasbourg.
Après Le sourire de l'ange, Folles coches est le deuxième roman policier de Nathalie Garance, qui sait créer le suspens à partir de personnages complexes au destin familial tourmenté.
"...Dans le bureau d'Elée, Maheut se décida à rompre la pénombre et alluma la lumière, sans provoquer la moindre réaction chez le commissaire, debout devant le pays de Cocagne. Le sergent attendait, conscient de l'émotion qui s'était emparé de celui-ci lorsqu'ils avaient découvert ensemble le corps de Rudy. On avait fait venir, dans l'après-midi, le personnel du Cochon qui sommeille pour savoir ce que le jeune homme avait fait après qu'Elée eut quitté le cabaret, et on savait maintenant après quelques verres bus avec des auteurs de la troupe, Rudy était rentré seul chez lui vers une heure du matin. Le légiste situait approximativement l'heure de la mort entre une et trois heures. Le modus operandi était rigoureusement identique à celui du meurtre de Vincent. Les vêtements de Rudy avaient été soigneusement pliés sur une chaise à ses côtés, et ce dernier était vraisemblablement mort sur le tapis du salon. Seule la posture variait, car la tête du jeune homme était inclinée vers la gauche, les bras très légèrement écartés et le genou droit était replié, donnant l'illusion d'une posture de détente précédent le sommeil. Un sommeil éternel, dans lequel l'avait plongé la même perforation de l'estomac suivie d'une éventration pratiquée, selon le légiste, probablement par le même instrument que celui qui avait tué Mahjun..."
Dans ce deuxième roman policier de Nathalie Garance, on retrouve avec plaisir le commissaire Jules Elée, ses états d'âme et ses relations difficiles avec les autres.
Après l'enquête menée à Rouen et sa conclusion dramatique (voir Le sourire de l'ange) Jules Elée a été muté à Clermont Ferrand où il est confronté à un tueur "artiste" qui laisse ses cadavres nus, éventrés et disposés comme les personnages du tableau de Bruegel, Le pays de cocagne.
Qu'y a-t-il de commun entre le jeune prostitué, l'agent-artiste travesti qui se produit le soir au restaurant Le Cochon qui sommeille et l'éleveur de porcs dans une ferme isolée ? Elée trouvera la clé de ces énigmes clermontoises et du rôle central du cochon, chez une vieille dame à Strasbourg.
Après Le sourire de l'ange, Folles coches est le deuxième roman policier de Nathalie Garance, qui sait créer le suspens à partir de personnages complexes au destin familial tourmenté.
  Livre broché - 212 pages - 15€ (ESSAI)

Livre broché - 212 pages - 15€ (ESSAI)

(Pour l'achat en ligne ce titre se trouve dans la catégorie ESSAIS) 

Achat en ligne sur : http://editions-mutine.over-blog.com/acheter-en-ligne.html

 

A un moment où le gouvernement et le président de la République font de l’intégration des jeunes dans la société une priorité, l’essai Un parrain de René Falanga vient à point pour redynamiser le parrainage dans les missions locales : une mesure efficace et économique puisque le parrain (ou la marraine) est un bénévole capable de faire un travail remarquable de transmission auprès de jeunes en difficulté.

«... En voyant ces filles et garçons piétiner sur place au lieu de foncer avec la fougue de leur jeunesse, on ne peut qu’avoir envie de les aider à avancer. Parce que c’est nous, les deux générations précédentes, qui avons édifié le monde artificiel, absurde et cruel dans lequel ils doivent évoluer...

Le présent essai se propose de démontrer que nous pouvons fort bien passer des incantations velléitaires à une mise en œuvre concrète et productive en mobilisant cette formidable réserve de ressources humaines que constituent, chacun pour leur part et dans leur rôle, aussi bien nos jeunes en quête d’avenir que nos anciens à la recherche d’un second souffle...»

Dans un contexte économique et social peu propice, le narrateur s’efforce, avec d’autres seniors bénévoles – les parrains des missions locales d’insertion – de remettre sur les rails des filles et garçons mal partis dans la vie.

L’essai Un parrain met en lumière le rôle important du parrainage en analysant la situation des missions locales et en rendant compte des résultats obtenus, par des récits authentiques très plaisants et souvent, très émouvants et instructifs à lire.

Diplômé de Sciences Pô et de Sciences Eco, l’auteur, René FALANGA,  occupa différents postes de direction, créa sa propre entreprise, devint chargé de mission au service d’une grande Région puis directeur d’un bureau d’études. En retraite depuis quelques années, il met bénévolement son expérience au service des jeunes.

Livre agrafé - 40 pages - 8 € (ESSAI - Collection Babord)

Livre agrafé - 40 pages - 8 € (ESSAI - Collection Babord)

(Pour l'achat en ligne ce titre se trouve dans la catégorie ESSAIS) 

Achat en ligne sur : http://editions-mutine.over-blog.com/acheter-en-ligne.html

 
"... Alors que la crise économique touche la France durement et que le chômage bat de tristes records, le cinéma a choisi de suivre la dominante politique libérale et pro-patronale en exemptant les entrepreneurs de toute responsabilité dans la situation sociale. Désormais, le patron, quelle que soit la réalité de son pouvoir effectif, est un gars comme les autres avec ses emmerdes, ses joies et ses peines. Exit le discours économique, vive l'intimité de la vie privée, la réconciliation des classes et la société pacifiée..."

Après avoir étudié plus de quarante film français mettant en scène un patron et parus de 1976 à 1997, les auteurs arrivent à la conclusion que "le cinéma est bien le reflet de l'évolution de la société."
Ils montrent comment, avec l'évolution idéologique de la gauche au pouvoir, la représentation du "patron" passe du stade de "salaud" de la lutte des classes à l'homme sympathique et même victime, dans la société apaisée et consensuelle.

Vincent Chenille, docteur en histoire, travaille au département audiovisuel de la Bibliothèque nationale de France.
Marc Gauchée, diplômé de l'Institut d'Études de Paris, est attaché principal d'administration.

 
Ils sont membres de Cinémotif, association de réflexion thématique et politique sur le cinéma, fondée en 1997.

 

Livre agrafé - 68 pages - 8 € (ESSAI - Collection Babord)

Livre agrafé - 68 pages - 8 € (ESSAI - Collection Babord)

(Pour l'achat en ligne ce titre se trouve dans la catégorie ESSAIS) 

Achat en ligne sur : http://editions-mutine.over-blog.com/acheter-en-ligne.html

 
"Les personnages politiques du cinéma français ont connu les variations, les espoirs, les illusions et les déceptions de leurs modèles de la vie réelle. Comme pour les personnages de patrons, la chronologie des images suit ainsi celle de l'actualité présidentielle. Car depuis que les institutions de la République se sont monarchisées pour faire face au péril de la guerre d'Algérie, c'est à dire depuis 1958, c'est autour du président que s'articulent le débat et les orientations politiques du pays.
 
Parmi les pays industriels occidentaux, il n'y a qu'en Italie et en France où un homme politique peut être soupçonné de tremper dans un scandale et se targuer de la légitimité du suffrage universel, soit pour échapper à la justice des hommes, soit pour continuer sa carrière publique."

Après avoir étudié la représentation des patrons dans le cinéma français dans Mais où sont les salauds d'antan ?, Vincent Chenille et Marc Gauchée récidivent dans cette collection à propos des hommes politiques.
A l'inverse des patrons, véritables "salauds" à la fin des années 70, devenus de braves types à la fin des années 90, les personnages politiques dégringolent de leur piedestal : luxurieux, incapables, corrompus ou impuissants, ces hommes qui voulaient sauver le monde dans les années 70, cherchent à sauver leur mandat dans les années 90 !
 
Vincent Chenille, docteur en histoire et Marc Gauchée, diplômé de l'Institut d'Études Politiques de Paris sont membres très actifs de l'association Cinémotif fondée en 1997.